La Lettonie devient État membre associé du CERN

Aujourd'hui, la République de Lettonie est devenue État membre associé du CERN, le pays ayant officiellement informé le Laboratoire qu’il avait complété toutes les procédures internes d’approbation requises pour l’entrée en vigueur de l'accord octroyant ce statut, et qu'il avait adhéré au Protocole sur les privilèges et immunités du CERN.

Les premières relations entre la Lettonie et le CERN remontent au début des années 1990, lorsque les grands instituts de recherche du pays ont commencé à participer à des activités relevant aussi bien de la technologie des détecteurs et des accélérateurs que de la robotique. En 1996, l'Institut d’électronique et d’informatique de la Lettonie a contribué au calorimètre hadronique du détecteur CMS au Grand collisionneur de hadrons (LHC). Les relations du pays avec le CERN se sont ensuite intensifiées avec la conclusion d'un accord-cadre de collaboration entre le CERN et l'Université technique de Riga en 2012 et d'un accord de coopération entre l'Organisation et le gouvernement de Lettonie en 2016. Les institutions lettones ont été impliquées dans le groupe d’étude sur le Futur collisionneur circulaire en 2015 et dans la collaboration CMS en 2017. Les scientifiques lettons ont également pu réaliser leur thèse de doctorat et bénéficier de contrats d'attaché de projet au sein du CERN.

En tant qu'État membre associé, la Lettonie a le droit de nommer des représentants pour participer aux réunions du Conseil du CERN et du Comité des finances. Ses ressortissants peuvent présenter leur candidature pour des postes de titulaires au bénéfice de contrats de durée limitée et pour des postes de boursiers, et ses entreprises peuvent répondre aux appels d'offres du CERN, ce qui accroît les perspectives de collaboration industrielle dans des technologies de pointe.